Foire aux questions

Les caractéristiques du projet d’agrivoltaïsme

Le projet d'agrivoltaïsme

Question : « Où sera développé le projet d’agrivoltaïsme ? »

Réponse : Le projet d’agrivoltaïsme est situé sur les communes de Channay et Nicey, au Sud-Est de la forêt de Maulnes, à proximité de la ferme de Bel-Air, des lieux-dits Le Tronchoi et La Séglière.

 

Question : « Pourquoi le projet d’agrivoltaïsme est-il situé au niveau de la ferme de Bel-Air ? »

Réponse : En 2018, le groupe d’agriculteurs de la ferme de Bel-Air établissent un constat sans appel au regard de leurs terres. La nécessité d’évoluer vers une agriculture plus qualitative en phase avec la protection de l’environnement est indéniable. Les quatre agriculteurs décident alors de lancer un appel à projet sur la ferme de Bel-Air afin de développer un projet capable de produire des denrées agricoles alimentaires et non alimentaires, tout en produisant de l’énergie renouvelable. Total Quadran est alors sélectionné pour développer un projet d’agrivoltaïsme au niveau de la ferme de Bel-Air.

 

Question : « Quelle est la superficie du projet ? »

Réponse : La superficie exacte du projet n’est pas connue aujourd’hui : la surface de conversion des pratiques agricoles est estimée entre 350 et 400 ha, dans laquelle une installation solaire prendra place. Les études en cours permettront d’affiner la zone d’étude du projet et donc sa superficie.

 

Question : « Quel sera le modèle agronomique de ce projet ? »

Réponse : Le modèle agronomique du projet est loin d’être défini : nous avons une multitude d’idées, comme la mise en place de ruches, d’arbres fruitiers, du foin bio, d’un élevage de moutons ou encore de vignes… Une étude agronomique vient d’être lancée afin d’analyser les possibilités en fonction de la valeur agronomique modeste des terrains et des débouchés envisageables. Nous serons ravis d’échanger à ce sujet avec vous lors des prochains événements de la concertation.

 

Question : « Si de la vigne est cultivée sur les parcelles, comment ferez-vous les vendanges ? »

Réponse : Il est possible d’effectuer les vendanges des vignes de manière classique (manuellement ou avec des récolteuses). Nous adapterons l’écartement des panneaux pour que  les vendanges puissent être effectuées.

 

Question : « Est-il possible de faire de l'agriculture biologique sur le site ? »

Réponse : Oui, il est tout à fait envisageable de cultiver des parcelles selon les normes de l’agriculture biologique.Les agriculteurs souhaitent autant que possible s’orienternvers l’agriculture biologique qui va dans le sens de la politique agricole actuelle et de la demande des citoyens. L’étude agronomique pourra préciser dans quelle mesure cette conversion sera possible.

Les études et les impacts potentiels du projet d'agrivoltaïsme

Question : « Quelles études seront menées autour du projet ? »

Réponse : Depuis l’été 2019, les études de faisabilité, menées par des bureaux d’études indépendants, ont été lancées. Il s’agit des études agronomiques, écologiques, paysagères, techniques et réalisation de photo-montages.

 

Question : « Est-ce que les panneaux photovoltaïques peuvent présenter des risques pour la santé ? »

Réponse : Les panneaux photovoltaïques peuvent avoir un impact sur le bruit ambiant lors de la phase de travaux avec les engins de chantier ou bien en phase d’exploitation (le bruit des ondulateurs et transformateur peut être perceptibles à quelques mètres uniquement). Les champs électriques et magnétiques générés par les ondulateurs et transformateur sont faibles et ne présentent pas d’effet significatif sur la santé. Par ailleurs, les risques d’incendie sont faibles car d’une part les matériaux constitutifs de la centrale sont non-combustibles, et d’autre part le site est surveillé par un poste de sécurité et les installations sont munis de dispositifs de sécurité définis avec les services du SDIS de Côte-d'Or.

 

Question : « Savez-vous où se situent les meilleures terres sur la zone d'études ? »

Réponse : Par expérience, nous connaissons les terres les plus fertiles de la zone d’études. Néanmoins, nous attendons un retour de l’étude agronomique sur la qualité des sols.

 

Question : « La zone d'études peut-elle être agrandie ? »

Réponse : Un agrandissement de la zone est envisageable si le résultat des études agronomiques  et  les  choix  de  conversion  des  pratiques  agricoles  auxquelles  seront  combinées  une solution de production énergétique,ne permettent pas d’atteindre l’optimum économique. Il faudra bien évidemment s’assurer que les parcelles concernées par l’agrandissement soient compatibles avec le projet d’agrivoltaïsme (qualité des terres, topographie, etc.)  et  que  les  propriétaires  et  les agriculteurs soient d’accord pour participer au projet.

Les aspects techniques du projet d’agrivoltaïsme

Le cycle de vie des panneaux photovoltaïques

Question : « Comment vont vieillir les panneaux ? Qu’en est-il de la pollution engendrée ? »

Réponse : En France, il existe une filière de recyclage des panneaux photovoltaïques, qui s’est organisée autour de la directive 2002/96/CE, directive qui réglemente les déchets d’équipements électriques et électroniques. L’organisme à but non lucratif PV Cycle, fondé en 2007, a pour mission d’assurer la collecte et le recyclage de panneaux photovoltaïques. La première usine de recyclage a ouvert dans le sud de la France, c’est une première en Europe. Nous disposons également d’un retour d’expérience de près de 30 ans sur les panneaux photovoltaïques, qui nous permet d’affirmer que ceux-ci sont recyclables à 95 % et ne constituent aucune pollution pour les sols. Nous devons d’ailleurs restituer les sols tels que nous les avons trouvés après le démantèlement du parc.

 

Le fonctionnement des panneaux photovoltaïques

 

Question : « Comment fonctionne une centrale photovoltaïque ? »

 

Réponse :

 

Les Comottes

 

Question : « A quoi ressemble un parc photovoltaïque ? »

 

Réponse :

 

Les Comottes